Accueil < Édition 2024

Édition 2024

Infos


Dates : vendredi 5 et samedi 6 juillet 2024
de 18h à 2h

Lieu : Le parc du Sacré-Cœur à Rangueil, Toulouse

Thématique : TRANSBORDAGE
(passer d'un état, d'un espace à un autre, transmission)

Appel à projets clôturé.
Les porteurs recevront une réponse à partir du 15 février.

 

UN FESTIVAL DE L'IMAGE SOUS TOUTES FORMES

Le festival se déroule EN PLEIN AIR
de 18h à 2h du matin le vendredi 
et de 18h à 2h du matin le samedi.
Nous proposons donc une programmation en journée et la nuit.

Nous recherchons
• des installations audiovisuelles, interactives ou non, diurnes et/ou nocturnes ;
• des performances audiovisuelles, formes courtes ou longues, mêlant différentes pratiques artistiques, en lien avec l'image et la vidéo ;
• des expositions : photographies, peinture, collages, arts plastiques... ;
• des ciné-concerts classiques ou débridés pour tous les publics ;
• des ateliers de fabrication d’images fixes ou animées ;

Que ce soit des formes courtes ou longues, des créations in situ, des projets sur un ou deux jours, nous voulons programmer des formes insolites et surprenantes, des projets innovants et poétiques.

Sur le thème " TRANSBORDAGE ".

Édito

Y’a des matins comme ça, on se demande bien ce qu'on fait dans cette galère.

Les tempêtes se succèdent, ça pète de partout, et toi, petit galérien du tout, petite galérienne des pommes, tu rames.

Tu rames, tu penses que tu n’as pas le choix. Il faut passer cette foutue dépression. Même si l’horizon est bouché ? "On peut toujours espérer une petite amélioration derrière" dit la grand-mère, celle qui a ce drôle d’œil noir, le même que sur nos voiles. 

Tu rames et pis tu serres les dents (ou ce qu’il t’en reste), déjà ta peine a été prolongée de 2 ans, à toi et à tes infortuné∙e∙s on se demande toujours pourquoi, on est toutes et tous dans le même foutu bateau, à quoi bon râler en plus. 

Et pis, là d’un seul coup, on croise une autre galère, voilà qu’on s’approche très près, qu’on s’arrime, à ce moment-là, la capitaine hurle ce mot : "transbordage !"

On se regarde interloqué∙e∙s. : un vieux briscard, le dégarni jovial qu’a un rire à démâter les goélettes, explique à la cantonade, "c’est quand on doit tout transbahuter d’un bord à l’autre, ma caille ! Tu vas voir c’est fendard, et pis ça dérouille les guibolles…"

Transbordage !

On va plonger dans les soutes, découvrir une cargaison de surprises, se passer des trucs de mains en mains, croiser d’autres faces de galérien∙ne∙s burinées et joviales, échanger des nouvelles d’un pays lointain, ça va être une fête…

Transbordage, comme une fête de l’image ! On sera comme dans un pont végétal qui enjambe la rocade, un endroit incongru comme on les affectionne tant, une sauvagerie douce et méconnue, y’en aura partout, à bâbord, à la proue, dans les haubans, à la hune, à la deux, ça va transborder sec, on va se dégourdir les jambes et on va retrouver le chemin des zygomatiques. 

Vincent Camus - Les Vidéophages

Un nouveau lieu

Chaque année, nous choisissons un site différent dans la ville de Toulouse pour inventer une nouvelle scénographie, rencontrer de nouveaux publics et partenaires, proposer une programmation originale, pensée par rapport au lieu et au thème.
Nous souhaitons transformer le paysage du quotidien pendant deux jours.

Quartier Rangueil : le parc Sacré Cœur

Un site à découvrir, à la périphérie de la ville, dans le quartier RANGUEIL.

On ne s’y attend pas quand on passe le portail du Parc Sacré Coeur. Entouré de grands arbres aux différentes essences, au calme, on n'imagine pas se retrouver au-dessus de la rocade toulousaine et de son flux incessant de véhicules.
Le Parc Sacré Coeur présente la particularité de passer par-dessus le périphérique : un pont végétalisé d’une cinquantaine de mètres de large surplombe la rocade.
Une végétation magnifique et variée, des espaces soignés, travaillés, de grandes zones d’ombre et plusieurs accès par différentes rues viennent compléter l’attrait de ce jardin.

Nous souhaitons le mettre en valeur avec la poésie des images. Ce jardin appelle la sérénité, il appelle aussi la création de ponts, comme la passerelle qu’il dessine, entre des espaces, entre des habitant·e·s, des publics et des artistes.

 

L'APPEL À PROJETS

Appel à projets clôturé.

Nous vous enverrons une réponse à partir du 15 février 2023.

 

Pour toute question : 06 18 27 65 80 / contact@lesvideophages.org

 

Pour suivre l'actualité du festival :
Page Facebook | Événement | Instagram