Les programmations

Au cours de ces dernières années, le Colporteur d’images a  mis au point de nombreuses programmations de courts-métrages sur des thématiques variées dont voici quelques exemples :
  • pieds_sous_la_table_72dpiLe Repas
    Le repas partagé peut être simple, quotidien, impromptu, ou bien festif, exceptionnel, voire ritualisé.
    En 7 courts-métrages (5 fictions, 1 documentaire et une fiction en animation), nous allons explorer différentes situations : impromptu en restaurant universitaire, exceptionnel au restaurant, festif ou bien ritualisé en appartement, le repas conçu en école de cuisine, le rendez-vous quotidien devenu insupportable, enfin le repas célébrant l’appartenance à une classe.

 

  • bergerie2L’Homme et l’Animal
    A l’heure, où enfin question est posée de savoir ce qui nous lie, plus que ce qui nous sépare des autres animaux, j’ai envie d’apporter ma modeste contribution avec cette programmation. L’Homme, doit-il préserver la place qu’il s’est octroyée il y a 10000 ans, ou bien doit-il ouvrir les yeux et l’esprit au respect et peut-être même à l’amour pour l’Animal ? Nous traiterons des excès, de la bêtise de l’Homme, mais aussi de la prise de conscience, de la collaboration avec l’Animal, de l’ensemble que nous formons avec toute le Faune.

 

  • sensdutoucher1La Poésie
    Aah, vaste sujet ! Un film peut traiter de la poésie, adapter un poème en images, ou bien parler de la vie d’un poète, ou bien encore juste être gorgé de poésie. C’est ce que nous allons voir dans cette programmation. Nous tâcherons avant tout de réactiver, si besoin, notre âme d’enfant, préalable pour sentir la poésie environnante. Puis, nous verrons « je me souviens », film d’atelier d’une classe de CE2 d’Albi, film d’animation inspiré par Georges Pérec et Jacques Prévert, réalisé avec l’aide de la Ménagerie, association toulousaine. Nous irons à la rencontre du poète Fernando Pessoa, nous vibrerons avec les deux personnages en leur amour naissant du « Sens du toucher » de Jean-Charles Mbotti Malolo. Nous verrons la poésie en action, chantée par Marc Sastre, à la Cave Poésie de Toulouse, et bien d’autres films encore.

 

  • Lucien Ameaume -1Les Poilus de 14-18
    Cette guerre a ouvert bruyamment le XXème siècle en envoyant des jeunes hommes non pas défendre leur patrie, mais bien pour être sacrifiés sur l’autel du lobby militaro-industriel, 80% d’entre eux avaient entre 17 et 25 ans. Cette programmation fait la part belle aux films d’animation, tels « Lettres de femmes » d’Augusto Zaravello et « La tranchée » de Claude Cloutier. Nous verrons aussi des extraits du témoignage émouvant de Lucien Ameaume, poilu creusois alors âgé de 100 ans, recueilli par Télémillevaches en 1993.

 

  • chaque jourLe Vivre Ensemble
    Une programmation d’1H30, 8 courts-métrages, où il sera question de pudeur, de rire communicatif, du partage, d’espace de vie, de skate à la campagne, le tout sous forme de documentaire, de fiction et d’animation as usual.

 

  • Les SciencesLes Sciences
    Nous aborderons le thème des sciences à partir d’une douzaine de courts-métrages, le premier date de 1910 et s’intéresse aux mouches, le dernier est un film de science-fiction de 14 minutes. Peut-on critiquer Cousteau ? En quoi les moisissures peuvent être un sujet intéressant ? Pourquoi les chercheurs cherchent-ils ? Le tout en 1H30 de films documentaires, de fiction et d’animation.

 

  • Les ArtsLes Arts
    Je propose une programmation hétéroclite de 7 courts-métrages qui permet d’aborder différents aspects de la création artistique. Ainsi, nous aborderons l’art brut grâce au documentaire réalisé par Caroline Gimenez sur La Pinturitas, femme peintre d’Arguedas en Navarre, une rencontre insolite. Nous suivrons aussi la création d’une sculpture nommée Princess X réalisée au débute du siècle dernier par le sculpteur Constantin Brancusi, une fiction réalisée par Gabriel Abrantes. Entre autres..

 

  • Le ConteLe Conte
    Le conte n’a pas de pays, et n’a pas de frontières non plus. C’est ce que je tente de démontrer avec cette programmation projetée pour la première fois dans une clairière, sous les étoiles. Ainsi, nous verrons 8 films, la plupart sont des films d’animation, mais s’y glissent aussi une comédie musicale et un film réalisé en 1908. A une revisite de La belle au bois dormant succède un conte coréen essentiel.

 

  • Cinéma BelgeCinéma Belge
    Traiter du cinéma belge, ce serait parler à la fois du cinéma wallon et du cinéma flamand. Dans cette programmation, je fais le choix de traiter plus particulièrement du cinéma wallon, donc en français. La particularité de ce cinéma c’est son ton décalé et sa totale liberté, un cinéma bien moins consensuel que ne l’est aujourd’hui le cinéma français. Alors, place à la déconne, mais pas que !

 

  • Le TravailLe travail
    Cette programmation est une constante chez le Colporteur. Il y en a déjà eu plusieurs depuis 2011. Ainsi, c’est une programmation sans cesse renouvelée que je vous propose. Des films de fiction essentiellement, exposant différentes situations liées au monde du travail. Et c’est pas triste !

 

  • Amour Sexe Désir 2Amour Sexe Désir
    Programmation légère, tendre et drôle où se côtoient un film d’animation en pâte à modeler, un hommage travesti sous forme de clip au « Call me » de Blondie, un documentaire désopilant avec Madame Dédée, témoignant de son métier à Bruxelles, une fiction mettant en scène un incident de parcours lors d’une relation sexuelle, et bien d’autres encore…

 

  • Cinéma Expérimental 2Cinéma expérimental
    Aaah, qu’est-ce que le cinéma expérimental ?
    Voilà ce qu’en dit Wikipedia : » Le cinéma expérimental est une pratique artistique relevant à la fois des arts plastiques et du cinéma traditionnel.
    C’est un art en soi, qui se développe en marge de l’industrie et du système commercial. Souvent esthétiquement hors-normes, il n’obéit pas à des règles prédéfinies, mais promeut ses propres codes expressifs, son esthétique et, souvent, ses modes de diffusion. »
    Voilà ! Donc tout est permis et la programmation que je vous propose est libre et subjective, tant il est impossible de rendre compte de ce mouvement qui se développa à la fin des années 1910 en rejet d’une production cinématographique déjà bien formatée après seulement 20 ans d’existence. Ainsi, les pionniers de ce cinéma qui l’appelaient cinéma pur, n’avaient pour seul credo de créer de l’émotion, et ce grâce aux prises de vue, au montage et au rythme.

 

  • Les Migrants 2Les migrants
    Il sera question de ne pas se laisser emmerder par les bâtisseurs de murs et de clôtures, de partager nos galettes de maïs ou d’offrir son gîte et son vin à « l’estranger », d’écouter ceux qui au risque de leur vie sont venus s’agglutiner à d’autres frontières, ou bien d’enfin réaliser qu’il n’y a pas ni moins ni plus humain qu’un autre humain !

 

  • PalestinePalestine
    Cette programmation est une réponse à l’envie d’un centre culturel, Le Rond-Point à Labruguière dans le Tarn, d’étoffer sa proposition, lors d’une semaine consacrée à la Palestine. C’est grâce à la collaboration avec Ici, Là-bas et Ailleurs, l’association toulousaine organisatrice du festival « Ciné Palestine » que cette programmation a pu se faire. Elle regroupe plusieurs documentaires, une animation et une fiction réalisés en Cisjordanie et à Gaza.

 

  • Les AlimentsAliments & Consommation
    Je propose une programmation d’1H30, traitant de nos habitudes alimentaires, de la surconsommation, de notre manière de produire, de ceux qui gèrent leur village autrement, on verra même un film d’animation fait de viande et c’est drôle !

 

  • Les OiseauxLes Oiseaux
    Pourquoi une programmation sur les oiseaux ? Parce qu’ils égayent nos matins quand ils chantent aux premières lueurs de l’aube, et qu’ils nous manquent quand ils ne sont pas là. Nous irons à la rencontre de ceux qui en prennent soin dans des refuges, de celui, ornithologue, qui nous transmet son amour pour ces volatiles. On peut rire avec les oiseaux, c’est ce que je tâcherai de démontrer avec plusieurs films d’animation d’horizons et de types différents. Entre autres, Marcel Barcelli, avec son film d’animation « Gypaeticus Helveticus », nous rappellera avec humour, l’acharnement des Suisses à éradiquer le gypaète barbu, une des quatre espèces de vautours européens, accusé de tous les maux, et aujourd’hui réintroduit en grande pompe.

 

  • Les animauxLes Animaux
    Les animaux ont leur place dans le court-métrage et pas uniquement dans les films pour enfants. Jules-Etienne Marey, médecin et physiologiste français et précurseur du cinéma grâce à son fusil chronophotographie, photographia les animaux dans leurs mouvements pour mieux comprendre l’envol, le galop, l’entrée dans l’eau, etc… Nous verrons quelques exemples.
    Dans cette programmation, nous verrons également le portrait d’un ornithologue passionné et facétieux, mais aussi le portrait du vampire sorte de chauve-souris de bonne taille vivant en Amérique Latine. Bien évidemment, certains films d’animation seront à l’honneur tant les animaux excitent l’imagination de nombreux réalisateurs. Enfin, il y a des fictions où l’animal trouve une place prépondérante comme dans « Les assoiffés » de Sylvère Petit.

 

  • Aux origines du CinémaAux origines du cinéma
    Depuis le début du Colporteur, j’ai toujours tâché de faire une place aux films du patrimoine. A ma première projection, dans la cave voutée du bar L’Olivier à Lisle sur Tarn, j’étais heureux de montrer Voyage Coop de Louis Cros (1920-2009) présenté par son fils Jean-Louis, un film réalisé en 1956. Depuis 2011, j’ai eu la chance de faire quelques découvertes comme celle de Segundo de Chomon (1871-1929), cinéaste catalan rejoignant Paris en 1905 à l’appel des frères Pathé pour concurrencer les « fééries » et « films à trucs » de Georges Méliès, ce qu’il fera très bien. Dans cette sélection, je m’attacherai à vous montrer des courts-métrages en noir et blanc des origines à 1960.

 

  • Le vin et la vigne 2Le Vin et la Vigne
    Le vin dans toutes ses composantes, mais avant tout au plus près des vignerons. Ainsi, nous suivrons le vigneron angevin Jérôme Saurigny dans ses vignes, mais aussi au Japon pour faire la promotion de ses vins. Grâce au film « In vino vita », nous tâcherons de mieux connaître l’agriculture biodynamique utilisée de plus en plus dans la viticulture. On verra un entretien avec le Dr Maury en 1978 à propos de son livre « Soignez vous par le vin » sorti en 1975 (réédité en 2011 !!). « Amsterdam » est une fiction qui a pour décor et contexte la vigne, d’après un scénario écrit par des collégiens de Gaillac, réalisé ensuite dans les vignes de Cahors.

 

  • Le PatrimoineLe Patrimoine
    Le patrimoine n’est pas un thème des plus simples, tant il englobe de choses différentes. On peut y entendre à la fois ce qu’il reste des réalisations de nos ancêtres, et ce qui fait l’histoire d’un territoire. En Occitanie il y a le vin, une langue, des architectures, un mode de vie. Au moyen d’archives de films ou d’actualités, c’est la possibilité de faire revivre un temps des lieux, des gens, des métiers disparus. Bien évidemment, cette programmation inclue des réalisations actuelles et locales.

 

  • Qui nous sommes 2Qui nous sommes
    Nous voilà une fois de plus chamboulés, confrontés à quelque chose que nous n’avons pas voulu. J’ai envie d’interroger ce que nous sommes, comment notre société a évolué, dans quel monde on vit, etc. Pour ce faire, nous verrons ensemble une sélection de courts-métrages de différentes origines et de différents types (fiction, documentaire, animation, expérimental), d’une durée de 1H20 environ.

 

  • Cuba 2Cien pro cien cubana
    A l’origine, un spectateur albigeois, passionné de cinéma cubain, me demande si ça m’intéresserait de faire une programmation avec uniquement des films cubains. Oui, bien sûr ! Ainsi, cette programmation est née, elle regroupe des films du début des années castristes (Années 60) et d’autres, réalisés par des d’étudiants de l’école internationale de cinéma de Cuba dans les années 2010, et sélectionnés au festival, le Ciné Latino à Toulouse organisé par l’association l’ARCALT. S’y croisent alors un documentaire sur le cinéma itinérant en 1967 dans la campagne cubaine et un autre, El enemigo, qui nous montre, en 2014, la chasse au moustique, lutte nationale contre ce fléau à Cuba depuis plus de 30 ans.

 

  • AnimationL’Animation
    Je propose d’aborder le film d’animation dans presque toutes ses composantes, et ce en 12 courts-métrages. La programmation sera en 2 parties : tout d’abord, nous aborderons le dessin animé en commençant par le premier jamais réalisé, à savoir Phases amusantes de figures rigolotes de James Stuart Blackton qui fut projeté pour la première fois en 1906. Puis, nous verrons l’évolution et les différentes formes qu’a pu prendre le dessin animé jusqu’à aujourd’hui. Ensuite, en deuxième partie, nous traiterons de l’animation, en tant que procédé, à savoir le principe initial de filmer image par image. Pour ce faire, nous commencerons par le film « Symphonie bizarre » , réalisé par Segundo de Chomon en 1909, et enchaînerons avec cinq autres courts-métrages comme autant d’exemples d’animation.

 

  • Petits et grandsPetits & Grands
    Voilà une programmation parfaite pour un plein-air en famille, où tous les âges sauront apprécier cette sélection de courts-métrages. Celle-ci fait tout d’abord une part belle aux films d’animation, puis vient aborder des sujets intéressant plus particulièrement les parents, tout en restant divertissants pour les enfants.